Actualités

Comment gérer la douleur ressentie au cours d’un tatouage ?

  • 5 février 2020
529 Partages

convention-tatouage-saint-malo-bretagne-corsair-tattoo-ink-tattoo-douloureux

Vous évitez les conventions de tatouage – et les tatouages en général – par peur de la douleur ? Le Corsair Tattoo Ink vous souffle quelques bons réflexes à adopter pour moins douiller !

Porter son attention sur autre chose que sur le dermographe

Même si le tatouage s’est largement démocratisé au cours des dernières années, se faire tatouer n’est pas ce que peut appeler un acte anodin. Pour certains, ça pique ; pour d’autres, ça fait mal, et ce à plus forte raison selon la zone du corps encrée et la résistance de la victime à la douleur. Heureusement, une série d’automatismes peut être observée, à commencer par la focalisation de son attention sur autre chose. Écouteurs dans les oreilles, écran de smartphone sur le nez, voire, pour les plus littéraires, roman de votre auteur·rice préféré·e : tous les moyens sont bons pour penser à autre chose qu’aux aiguilles qui vous traversent l’épiderme.

Le point serré sur quelque chose… ou quelqu’un

Une deuxième technique consiste à serrer quelque chose dans sa main. Et par quelque chose, comprenez un jouet un peu mou, ou la main d’un être cher – sans pour autant lui broyer le métacarpe, cela va sans dire. N’oubliez pas, en outre, de respirer profondément, et de relâcher vos muscles autant que faire se peut.

Non à l’alcool et non aux anti-inflammatoires

À l’inverse, évitez les boissons alcoolisées avant de vous faire tatouer ; au-delà des vertus anesthésiantes de la bière et du whisky, la consommation de gnôle va surtout retarder la cicatrisation de votre tattoo. Quant aux anti-inflammatoires comme l’aspirine, il est également déconseillé d’en consommer. Pourquoi ? Parce qu’ils ont la fâcheuse tendance de fluidifier le sang et d’empêcher l’encre de pénétrer correctement dans la peau.

Et vous, quels sont vos trucs pour supporter la douleur pendant un tatouage ?

529 Partages